Le Pit bike de compétition n’est pas un Dirt-bike ni un poket-bike

Ces trois catégories de moto appartiennent à la famille des mini-motos. Confondus par le public, ces trois catégories méritent d’être éclaircies. Voici une présentation des différences et des points communs entre pit-bike, dirt-bike et poket-bike. Vous saurez alors quelle discipline choisir en fonction de vos objectifs et de vos aptitudes physiques. Et n’oubliez jamais : la persévérance et la participation assidue aux entraînements vous aideront à constamment vous améliorer dans ces disciplines.

Points de différenciation

Sur des sites comme WKX Racing, vous avez des pit-bikes de loisir pour les enfants et des pit-bikes de compétition. Ces derniers sont dotés d’une boîte de vitesse. Par ailleurs, le moteur possède un cylindrée qui va de 50 à 160 cm3. Ces moteurs de pit-bike de compétition sont généralement des 4 temps. Enfin, ils peuvent rouler jusqu’à 100 km/h, leur vitesse minimum étant de 60 km/h.
Les dirt-bikes servent à introduire un enfant à la pratique du motocross. Ils ont un moteur de cylindrée allant de 50 à 80 cm3.  Les modèles destinés aux adolescents et aux jeunes adultes qui n’ont jamais fait de motocross ont une cylindrée qui va jusqu’à 250 cm3. Les dirt-bikes sont livrés avec des équipements de sécurité.
Un poket-bike est une version miniature des motos utilisées lors des Grands Prix de vitesse. Sa pratique est donc apparentée au Grand Prix moto (MotoGP), mais dans un registre récréatif et de loisir. Sa pratique n’en demeure pas moins un sport de pilotage. Ceux qui veulent embrasser une carrière professionnelle dans la course de moto peuvent commencer avec un poket-bike : c’est une excellente initiation ! Les poket-bike ont une cylindrée comprise entre 39 et 49 cm3 dans le cas de moteurs à deux temps et entre 80 et 110 cm3 lorsqu’il s’agit de moteurs à quatre temps. Ces engins peuvent rouler jusqu’à 130 km/h (en fonction du modèle).

Points communs

A l’exemple de Bastos, ces trois engins ont une taille réduite par rapport aux motos traditionnelles, celles que vous voyez en circulation dans les rues, sur les autoroutes et sur les routes nationales et les départementales. Les mini-motos font au maximum 60 cm de haut pour une longueur de 1 mètre. En outre, lorsque la mini-moto est dotée d’un moteur deux-temps, sa cylindrée fait au plus 50 cm³. Par ailleurs, les mini-motos ne peuvent circuler sur les voies empruntées par le public : chaussées, trottoirs, parking, autoroutes, toutes les voies composant le réseau routier national, les routes départementales et les routes communales. Parmi les textes de loi énonçant et précisant cette interdiction figure la loi n° 2008-491 du 26 mai 2008. Le dispositif légal est également enrichi des dispositions de la loi du 5 mars 2007 qui évoque le paiement d’une amende de 5e classe par tous les contrevenants à l’interdiction. Parmi les raisons de cette interdiction, il y a l’absence d’homologation européenne : les mini-motos ne remplissent pas les conditions de sécurité routière. Ces conditions constituent un ensemble de normes auxquelles ne répondent pas les mini-motos. Tout cela signifie que vous ne pouvez vous adonner à la pratique de la mini-moto que sur des terrains privés inaccessibles au public. Enfin, une mini-moto qui possède une vitesse dépassant les 25 km par heure à sa sortie d’usine doit faire l’objet d’une déclaration préalable en Préfecture. La déclaration est faite par l’acheteur.

Cette entrée a été publiée dans Moto. Sauvegarder le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *